Couverture article Jardin Potager

Les 7 raisons de créer un jardin potager

Publié le 2 CommentairesPublié dans 0-3 ans, 12 ans et plus, 3-6 ans, 6-9 ans, 9-12 ans, Agir, Découvrir le monde, Etre bien avec la nature, Etre bien avec les autres, Etre bien avec soi, Inspiration, Manipuler, Moment enfant parent, Nature et écologie, Sciences

 

Créer un jardin, que ce soit dans une cour d’école ou chez soi, c’est un peu se lancer dans une aventure avec les enfants, on construit quelque chose de nos mains ! Jardiner est aussi le meilleur moyen de découvrir comment poussent les légumes qu’on déguste chaque jour et de transmettre aux enfants notre amour de la terre… Bref, que vous ayez un jardin ou non, voici pourquoi vous ne devez plus attendre !

(suite…)

Couverture article Ramin

Une école où les enfants font ce qu’ils veulent ?

Publié le 14 CommentairesPublié dans Agir, Autres pédagogies, Chaîne parents & éducateurs, Compétence, Etre bien avec la nature, Etre bien avec les autres, Etre bien avec soi, Inspiration, Matière, Parentalité, Pédagogie

 

Une école sans cours de maths, ni de français… ça vous paraît fou ? Eh bien, pour Ramïn Farhangi, la question de la liberté des élèves est très sérieuse. Cet ancien consultant, reconverti dans l’éducation par passion, a fondé l’Ecole Dynamique en 2015 sur cette idée et vise l’excellence.  Prenez quelques minutes pour regarder ce TED, votre cerveau et votre coeur vont crépiter :  il a une vision très globale et partage des histoires et des études comparatives qui vont vous interpeller. (suite…)

22 habitudes des gens heureux

Les 22 habitudes des gens heureux

Publié le 9 CommentairesPublié dans Agir, Etre bien avec la nature, Etre bien avec les autres, Etre bien avec soi, Inspiration, Vitalité
Image Livret Déployer potentiel Blog

8 étapes pour déployer le potentiel de votre enfant

Publié le 29 CommentairesPublié dans 0-3 ans, 12 ans et plus, 3-6 ans, 6-9 ans, 9-12 ans, Activité par âge, Agir, Autres pédagogies, Chanter, jouer d'un instrument, faire du théatre, Compétence, Découvrir le monde, Dessiner, peindre, créer, Education à la joie, Etre bien avec la nature, Etre bien avec les autres, Etre bien avec soi, Etre sociable, Gérer ses émotions, Inspiration, Jeux, Livres, CD, DVD, Apps, Lire, écrire, compter, Living School, Livres, Manipuler, Matière, Moment enfant parent, Montessori, Nature et écologie, Parentalité, Pédagogie, Vitalité, Voyages

 

Chaque parent fait de son mieux pour élever son enfant. Nous ne sommes pas parfaits, nos enfants non plus, et le but n’est pas d’en faire des super héros !! Mais il existe quelques points qui améliorent grandement le bien-être et donc l’apprentissage de l’enfant. Les voici regroupés juste pour vous, par une maman et une passionnée d’éducation. (suite…)

Couverture article Peau Papou

Votre enfant « dans la peau d’un papou »

Publié le 2 CommentairesPublié dans 0-3 ans, 12 ans et plus, 3-6 ans, 6-9 ans, 9-12 ans, Agir, Chaîne enfants, Découvrir le monde, Etre bien avec la nature, Etre bien avec les autres, Géographie, Histoire, Inspiration, Jeux, Livres, CD, DVD, Apps, Moment enfant parent, Voyages

 

Les enfants se montrent très curieux à l’égard des cultures différentes de la nôtre ! Il leur suffit d’aller dormir chez un ami, pour goûter des plats inconnus ou sentir de nouvelles odeurs… Ils s’intéressent beaucoup aux différences de modes de vie d’un pays à l’autre. L’association Survival a créé un site éducatif , avec un livre très drôle et instructif !

(suite…)

Question Blog Apprendre 8oct2015

Quel est votre plus gros challenge avec votre enfant ?

Publié le 7 CommentairesPublié dans 0-3 ans, 12 ans et plus, 3-6 ans, 6-9 ans, 9-12 ans, Agir, Etre bien avec la nature, Etre bien avec les autres, Etre bien avec soi, Etre sociable, Gérer ses émotions, Inspiration, Moment enfant parent, Parentalité

 

Depuis plusieurs semaines, j’ai démarré ce blog et je suis très heureuse de vous compter parmi mes premiers lecteurs . Merci d’avoir lu et partagé mes articles sur l’apprentissage de l’enfant. Maintenant, j’ai besoin de votre aide pour écrire un dossier plus complet !

(suite…)

Living School savoir etre

Apprendre le « savoir-être » avec Living School

Publié le 3 CommentairesPublié dans 0-3 ans, 12 ans et plus, 3-6 ans, 6-9 ans, 9-12 ans, Agir, Chaîne parents & éducateurs, Découvrir le monde, Etre bien avec la nature, Etre bien avec les autres, Etre bien avec soi, Inspiration, Moment enfant parent, Parentalité

 

On entend parler du « savoir-être » de façon croissante, et Caroline Sost – fondatrice de l’école Living School – n’y est pas pour rien ! Regard sur le potentiel, non-jugement, valorisation, gestion des émotions, coopération, gestion des conflits, éveil corporel sont des pratiques quotidiennes. Quel impact sur les enfants et quel avenir pour eux après cette école? L’école vient de rentrer dans le groupe très sélectif des « Changemaker schools »  d’Ashoka*. (suite…)

Les 4 bonnes raisons de parrainer 4000 abeilles !

Publié le Laisser un commentairePublié dans 0-3 ans, 12 ans et plus, 3-6 ans, 6-9 ans, 9-12 ans, Agir, Autres pédagogies, Découvrir le monde, Etre bien avec la nature, Etre bien avec soi, Inspiration, Moment enfant parent, Nature et écologie, Sciences, Vitalité

 

« Un toit pour les abeilles » : un super projet à lancer dans votre famille ! Vous pouvez parrainer une ruche et recevoir le miel de vos abeilles !  En plus d’aider la biodiversité, on apprend plein de choses sur la nature avec ses enfants ….et le miel a encore plus de saveur quand on connaît son histoire!

N°1 : agissons pour les abeilles

Close up of lavender flowers --- Image by © Philip Lee Harvey/cultura/Corbis
Petites mais indispensables ! © P.L. Harvey

Des associations comme celles d’Hubert Reeves de Nicolas Hulot alertent beaucoup sur le déclin des abeilles en ce moment… Si j’ai bien compris, c’est à cause des pesticides , de la pollution et de maladies entre autres, qu’on voit des colonies entières d’abeilles disparaître.

La mort de ces ouvrières de la pollinisation serait le point final de la vie sur terre… Pourquoi ? Parce que cela casserait la grande chaîne de la vie … Plus d’abeille, plus de pollinisation, plus de fleurs, de fruits,  de végétaux , plus d’animaux, plus d’humains…

 

 

N°2 : ça prend 5 minutes pour s’inscrire

Un projet clef en main très porteur existe pour aider les apiculteurs ! Le concept d' »Un toit pour les abeilles », c’est de demander à des particuliers de parrainer des abeilles ( par 4000, ce qui doit fait 10% d’une ruche qui en contient 40 000)  et acheter ainsi en local  chez lui du bon miel.

Le site est très bien fait, ça prend peu de temps, ça coûte 8 euros par mois pour avoir 6 pots de 250 g livrés à domicile… ce n’est pas donné, mais c’est raisonnable je trouve ( pour ceux qui sont à l’étranger , mettez une adresse en France, et demandez ensuite le changement).

Cliquez sur ce lien : Un  Toit pour les abeilles

Raison n°3 : le miel !!

pots-miel-personnalisesUn aliment hyper sain, bourré de vitamines, qui est apprécié par les enfants !

Nous attendons nos pots de miel car il faut un délai de production :
– Si votre parrainage a débuté entre le 15 Janvier et le 15 Août, la livraison se fera en Hiver, sur les mois de Novembre et Décembre (en fonction des dates de récolte et de mise en pots)
– Si votre parrainage a débuté entre 15 Août et le 15 Janvier, la livraison se fera au Printemps à partir d’Avril (en fonction des dates de récolte et de mise en pots).

Dès que nous l’aurons goûté, je vous enverrai des nouvelles !

 

Raison n°4 : les nouvelles de votre ruche 

Et les nouvelles de nos fillotes sont passionnantes… Nous recevons chaque mois ce genre de news, qui intéressent petits et grands. Une occasion de parler un peu de la nature, des fleurs, des insectes… et de découvrir le fabuleux monde des abeilles !

News du mois de juillet

—————————————————————————–

Nous sommes en juillet.
Découvrez chaque mois, des informations sur la vie de votre ruche et l’activité des apiculteurs :

miel abeilleQue se passe-t-il dans la ruche ?
Les premiers jours du mois de juillet suivent le même rythme que juin, avec une activité très dense. Les butineuses s’en vont et viennent à la ruche les pattes toujours chargées du précieux nectar et travaillent entre 12h et 15h par jour. Leur durée de vie à cette période est d’ailleurs plus courte puisqu’une abeille vie en moyenne 6 semaines durant l’été, contre 5 à 6 mois durant l’automne où l’activité est plus ralentie.
Arrivée à la mi-juillet, sur certains territoires, les floraisons s’achèvent et signent le début du manque de ressources (eau et nourritures) au sein de la colonie.
D’autres territoires, bénéficiant de cultures spécifiques sont épargnés pendant quelques jours supplémentaires : la bourrache et la phacélie par exemple sont très appréciées des abeilles. La luzerne et le tournesol sont aussi en fleurs selon le calendrier des agriculteurs.

Zoom sur …
La Production de miel
Tout commence dans un champ de fleurs où l’ouvrière aspire le nectar de la fleur qu’elle conserve dans son jabot et rapporte à la ruche. Elle le transmet ensuite à une autre abeille, de la bouche à la bouche (c’est ce que l’on nomme la trophallaxie).
Les ouvrières ingurgitent et régurgitent le nectar divisant ainsi le saccharose du nectar et créant deux sucres distincts le fructose et le glucose.
Le nectar est ensuite déposé dans les alvéoles de cire des rayons. Les abeilles l’éventent avec leurs ailes jusqu’à ce que la majeure partie de son eau s’évapore grâce à la chaleur dans la ruche, avoisinant les 35°.
C’est cette déshydratation qui va permettre la conservation du miel dans le temps. Une fois tout ce travail réalisé, le miel est conservé en réserve dans des alvéoles de cire qui sont alors operculées, c’est-à-dire fermées par un capuchon de cire.

De son côté, l’apiculteur …
apiculteur-mielL’apiculteur, lors de la récolte de miel, vient prélever dans la ruche, les cadres de miel, bien remplis et aux rayons operculés, qu’il remplace par de nouveaux cadres. C’est ici que son expertise et son savoir-faire sont alors mis à contribution, puisqu’il doit à ce moment, veiller à laisser aux abeilles, suffisamment de réserves pour subvenir à leurs besoins durant la période hivernale.
Une ruche peur produire plus de 3 kg de miel par jour. Cette production dépasse largement le besoin en réserves des abeilles. L’apiculteur récolte et commercialise ainsi l’excédent de miel de la ruche.

Le Saviez – vous ?
C’est principalement dans l’Ouest, le Centre et le Sud-Ouest que se concentre la production de nectar donc de miel. A l’inverse le sol calcaire du Sud-Est ne favoriserait pas la production de nectar.
Le tournesol a été dans les années 90 un « eldorado » pour les apiculteurs. Aujourd’hui ils le redoutent, depuis l’arrivée des insecticides systémiques (qui se logent au cœur de la plante).

Un peu de poésie … La citation du mois !

« Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d’exister. Pour l’homme, c’est de le savoir et de s’en émerveiller.» Jacques-Yves Cousteau

——————————————————————————————————————-

Bon, et puis si les enfants s’ennuient un peu une après-midi, on peut toujours leur faire trouver les prénoms de nos 4000 fillotes !

J’espère que ce projet vous a plu ! Avez-vous vous aussi parrainé des abeilles ? Si vous avez connaissance d’autres actions de ce type, je suis preneuse car c’est une expérience super positive, qui nécessite juste de l’impulser au début. Laissez-moi vos commentaires ci-dessous !

 

Ken robinson-changing-educ-paradigm

Comprendre les défis de l’éducation avec Ken Robinson

Publié le 2 CommentairesPublié dans Chaîne parents & éducateurs, Chanter, jouer d'un instrument, faire du théatre, Découvrir le monde, Dessiner, peindre, créer, Etre bien avec la nature, Etre bien avec les autres, Etre bien avec soi, Inspiration, Nature et écologie, Vidéos

Prenez quelques minutes pour cette vidéo brillante. Sir Ken Robinson, talentueux expert en éducation , résume les défis de l’éducation, et tout ceci est illustré en direct par le studio RSA de façon ultra-créative et pertinente ! Pour les plus motivés, une transcription du discours original en anglais à la fin de l’article.

Ken Robinson

Apprendre en s amusant Ken Robinson
Sir Ken Robinson © Sebastiaan Ter Burg

Ken Robinson est un expert en éducation reconnu internationalement, il a notamment réalisé des conférences TED très remarquées, comme » How School kills creativity« ,comment l’école tue la créativité. J’ai eu la chance de le voir en conférence en juin dernier à Paris, c’est une personne attachante et drôle, qui parle beaucoup des talents et des forces des enfants. Voici selon lui les deux grands défis de l’éducation, et comment trouver une voie pour y répondre.

Les deux grands défis de l’éducation

1. Répondre à des besoins économiques, c’est-à-dire instruire de enfants qui auront une fonction dans le monde du travail actuel

2. Transmettre nos valeurs culturelles, propre à chaque communauté, tout en faisant partie d’un monde global

Apprendre en s'amusant
Le Siècle des Lumières : une industrialisation de l’éducation. ©PrismaArchivo/Leemage

Le problème est que le système éducatif actuel a été pensé à une autre époque, celle des Lumières. Ce nouveau système à certes permis d’ intégrer de très nombreux enfants dans le monde du savoir, mais au prix d’une standardisation très forte , en phase avec celle des usines de cette époque. Et selon les Lumières, l‘intelligence attendue et valorisée est un type spécifique d’intelligence : celle du raisonnement logique, déductif -qui n’est qu’un type d’intelligence particulier, parmi d’autres intelligences comme celle des émotions, celle du corps, celle ,des arts, de la musique, de la communication, de la coopération.

« Et il y a eu alors deux types de personnes, les scolaires et les non-scolaires « . Et nombre d’enfants doués se considéraient eux même comme stupides.

 

Changer de paradigme

Selon Ken Robinson, il faut aller dans le sens inverse et changer de paradigme.

 

Apprendre en s amusant
Créativité, intelligence artistique, coopération  © GreyerBaby

Valoriser l’intelligence artistique, par exemple, qui nous fait vibrer , exister , qui nous permet d’être présent à ce que nous faisons ! Valoriser la créativité et la pensée divergente pour que les enfants soient confiants, qu’ils sachent trouver des solutions à des problèmes qui seront certainement nouveaux car le monde actuel évolue très vite. Et coopérer pour utiliser les forces et les talents de chacun.

Une étude sur la pensée divergente montre que seuls les enfants de maternelle sont excellents pour imaginer toute sorte de réponse à une question (200 réponses), et plus ils grandissent, plus cette capacité se réduit, ce qui est assez logique dans un système éducatif dans lequel on apprend qu’il y a « une seule bonne réponse, au dos de la feuille, et ne copiez pas, c’est tricher » alors qu’en dehors de l’école c’est coopérer.

 

 

Voici la fin de mon résumé ! Dites-moi si cela vous a plu autant qu’à moi, je trouve son analyse très pertinente, et je suis aussi persuadée que la créativité est une qualité qui doit être au coeur des attentes de l’éducation. De même que toutes les sortes d’intelligences.

Et vous, qu’en pensez-vous ? cliquez ci-dessous pour laisser un commentaire, ou si vous avez une question !

 

——————————————————

Ken Robinson : discours original en anglais !

Pour ceux qui veulent réviser l’anglais, j’ai trouvé une transcription sur le site RSA, que j’ai tenté de rendre digeste !

 

Every country on earth at the moment is reforming public education. There are two reasons for this.

1-The first of them is economic.

People are trying to work out how do we educate our children to take their place in the economies of the 21st century? How do we do that given  we can’t anticipate what the economy will look like at the end of next week, as the recent turmoil is demonstrated. How do we do that?

2-The second is cultural.

Every country on earth is trying to figure out how do we educate our children so they have a sense of cultural identity so that we can pass on the cultural genes of our communities while being part of the process of globalisation?

How do we square that circle?

The problem is they’re trying to meet the future by doing what they did in the past. And on the way they’re alienating millions of kids who don’t see any purpose in going to school. When we went to school we were kept there with a story which is :« if you work hard and did well and got a college degree you would have a job« . Our kids don’t believe that. And they’re right not to, by the way. You’re b

etter having a degree than not but it’s not a guarantee anymore. And particularly not if the route to it marginalises most of the things that you think are important about yourself.

So people say : « we have to raise  standards » if this is a breakthrough, you know, really, yes we should; why would you lower them? I haven’t come across an argument that persuades me of lowering them. But raising them of course we should raise them.

The problem is that the current system of education was designed and conceived and structured for a different age.

It was conceived in the intellectual, culture of the enlightenment. And in the economic circumstances of the industrial revolution. Before the middle of the 19th century there were no systems of public education, not really. I mean you could get educated by Jesuits if you had the money. But public education paid for from taxation, compulsory to everybody and free at the point of delivery – that was a revolutionary idea. And many people objected to it – they said : « it’s not possible for many street kids and working class children to benefit from public education, they’re incapable of learning to read and write and why are we spending time on this? » 

So there’s also built into it a whole series of assumptions about social structure and capacity. It was driven by an economic imperative of the time but running right through it was an intellectual model of the mind, which was essentially the enlightenment view of intelligence; that real intelligence consists in this capacity for a certain type of deductive reasoning and a knowledge of the classics originally, what we come to think of as academic ability.

 

And this is deep in the gene pool of public education; there are only two types of people academic and non-academic; smart people and non smart people.

And the consequence of that is that many brilliant people think they’re not because they’ve been judged against this particular view of the mind.

So we have twin pillars – economic and intellectual. And my view is that this model has caused chaos in many people’s lives; it’s been great for some, there have been people who have benefitted wonderfully from it. But most people have not. Instead they suffer this; this is the modern epidemic and it’s as misplaced and as it’s fictitious.

This is the plague of ADHD.

Now this is a map of the instance that ADHD in America or prescriptions for ADHD. Don’t mistake me, I don’t mean to say there is no such thing as Attention Deficit Disorder. I’m not qualified to say if there is such a thing. I know that a great majority of psychologists and paediatricians think there is such a thing, but it’s still a matter of debate. What I do know for a fact is it’s not an epidemic. These kids are being medicated as routinely as we had our tonsils taken out. And on the same whimsical basis and for the same reason – medical fashion.

Our children are living in the most intensely stimulating period in the history of the earth. They’re being besieged with information and calls for their attention from every platform – computers, from iPhones, from advertising hoardings, from hundreds of television channels and we’re penalising them now for getting distracted. From what? Boring stuff at school, for the most part. It seems to me it’s not a coincidence totally that the incidence of ADHD has risen in parallel with the growth of standardised testing. Now these kids are being given Ritalin and Adderall and all manner of things, often quite dangerous drugs, to get them focused and calm them down. But according to this Attention Deficit Disorder increases as you travel east across the country. People start losing interest in Oklahoma, they can hardly think straight in Arkansas and by the time they get to Washington they’ve lost it completely. And there are separate reasons for that I believe. It’s a fictitious epidemic.

 

Aesthetic experience is one in which your senses are operating at their peak, when you’re present in the current moment.

If you think of it the arts, and I don’t say this exclusively, the arts, I think it’s also true of science and of maths, but I say about the arts particularly because they are the victims of this mentality currently – particularly. The arts especially address the idea of aesthetic experience. And aesthetic experience is one in which your senses are operating at their peak, when you’re present in the current moment, when you’re resonating with the excitement of this thing that you’re experiencing, when you’re fully alive.

An anaesthetic is when you shut your senses off and deaden yourself to what’s happening.

And a lot of these drugs are that. We’re getting our children through education by anaesthetising them. And I think we should be doing the exact opposite. We shouldn’t be putting them asleep we should be waking them up to what they have inside of themselves. But the model we have is this.

I believe we have a system of education that is modelled on the interests of industrialism and in the image of it.

I’ll give you a couple of examples. Schools are still pretty much organised on factory lines; ringing bells, separate facilities, specialised into separate subjects. We still educate children by batches; we put them through the system by age group – why do we do that? Why is there this assumption that the most important thing kids have in common is how old they are. It’s like the most important thing about them is their date of manufacture. Well I know kids who are much better than other kids at the same age in different disciplines, or at different times of the day, or better in smaller groups than in large groups, or sometimes they want to be on their own. If you’re interested in the model of learning you don’t start from this production line mentality. It’s essentially about conformity and increasingly it’s about that if you look at the growth of standardised testing and standardised curricula and it’s about standardisation.

I believe we’ve got to go in the exact opposite direction. That’s what I mean about changing the paradigm.

There was a great study done recently of divergent thinking. It was published a couple of years ago.

Divergent thinking isn’t the same thing as creativity.

I define creativity as the process of having original ideas that have value.

Divergent thinking isn’t a synonym but it’s an essential capacity for creativity. It’s the ability to see lots of possible answers to a question, lots of possible ways of interpreting a question to think what Edward de Bono would probably call laterally – to think not just in linear or convergent ways. To seek multiple answers, not one. So there are tests for this, I mean, one kind of cod example would be people might be asked to say « How many uses can you think of for a paper clip?« ; one of those routine questions. Most people might come up with ten or fifteen. People who are good at this might come up with 200. And they’d do that by saying, « Well could the paperclip be 200 foot tall and made out of foam rubber? » « Does it have to be a paperclip as we know it, Jim? » Now they tested this and they gave them to 1,500 people in a book called Break Point and Beyond, and on the protocol of the test if you scored above a certain level you’d be considered to be a genius at divergent thinking. So my question to you is what percentage of the people tested of the 1,500 scored at genius level for divergent thinking. Now you need to know one more thing about them – these were kindergarten children. So what do you think? What percentage at genius level? 80? 98%.

Now the thing about this was it was a longitudinal study, so they retested the same children five years later aged 8 to 10. What do you think? 50? They retested them again five years later, ages 13 to 15. You can see a trend here can’t you? Now this tells an interesting story because you could have imagined it going the other way could you? You start off not being very good but you get better as you get older. But this shows two things: one is we all have this capacity and; two, it mostly deteriorates. Now a lot of things have happened to these kids as they’ve grown up, a lot. But one of the most important things that has happened to them I’m convinced is that by now they’ve become educated.

They’ve spent ten years at school being told there’s one answer it’s at the back and don’t look. And don’t copy because that’s cheating. Outside school that’s called collaboration no but inside schools… This isn’t because teachers want it this way it’s just because it happens that way. It’s because it’s in the gene pool of education. They have to think differently about human capacity. We have to get over this old conception of academic, nonacademic, abstract, theoretical, vocational and see it for what it is – a myth. Second, you have to recognise that most great learning happens in groups, that collaboration is the stuff of growth. If we atomise people and separate them and judge them separately we form a kind of disjunction between them and their natural learning environment. And thirdly, it’s crucially about the culture of our institutions, the habits of the institution and the habitats that they occupy.

 

image

Un événement écocitoyen unique en France !

Publié le Laisser un commentairePublié dans 6-9 ans, 9-12 ans, Agir, Autres pédagogies, Chaîne parents & éducateurs, Découvrir le monde, Etre bien avec la nature, Etre bien avec les autres, Etre bien avec soi, Géographie, Histoire, Inspiration, Nature et écologie, Sciences
  • Cette semaine se déroule un formidable événement , le Positive Economy Forum, organisé par Positive Planet et lancé par Jacques Attali. L’idée : s’inspirer les uns les autres de projets très vertueux de diverses régions du monde. Déja, cette idée est géniale… Mais quand en plus l’événement se décline pour les enfants, alors on dit BRAVO ! L’école Living School co-organise ce fabuleux projet pédagogique.

Mais de quoi s’agit-il exactement ?!! De sensibiliser les enfants ! Cette année, les enfants sont partis en « Expédition pour les océans ». Les enfants ont rencontré :

– Un navigateur, Patrick Deixonne, qui est parti sur le « septième-continent » , l’atroce continent de plastique qui s’est constitué dans le pacifique avec les déchets humains.
– Ondine Eliot, une jeune fille de 19 ans qui a créé à 11 ans une association pour sauver les requins.
– Claire Nouvian, qui a fondé l’association Bloom pour protéger la faune des abysses.
– Claire Bihan-Poudec, une glaciologue qui raconte aux enfants son expérience du Pôle Nord et l’impact du réchauffement climatique.
Cette journée est rythmée par les chansons de l’artiste Jean Nô, alias Monsieur Nô.

image

Les enfants participent ensuite, au cours de l’année, à un projet pédagogique sous forme de mission, pour qu’ils passent eux-mêmes à l’action !

Oui…vous vous demandez : « Mais, pourrais-je faire participer mon enfant ?! » Eh bien, à ce jour, il est destiné aux enfants de Living School et de la ville du Havre… Mais si ce projet vous plaît, écrivez-nous dans les commentaires, nous transmettrons !